Risques de confusion avec d’autres espèces

Les chenilles de certains lépidoptères peuvent ressembler à s’y méprendre aux chenilles de la Processionnaire du pin et de la Processionnaire du chêne. Les risques de confusion sont donc élevés ! 

La plupart de ces chenilles n’ont pas d’impact sur notre santé, il est donc important de savoir les reconnaitre.

Code couleur :

Chenille urticante

Chenille urticante.

Chenille non-urticante pouvant entrainer des réactions chez les personnes les plus sensibles

Chenille non-urticante pouvant entrainer une réaction chez les personnes les plus sensibles.

Chenille non urticante

Chenille inoffensive.

© Philippe MOTHIRON

Le Bombyx du chêne (Lasiocampa quercus L.)

Ce lépidoptère polyphage se retrouve sur diverses espèces de feuillus et les callunes (Bruyère).

Son cycle de vie :

  • Œufs (Juin -Juillet) : pondus en vol.
  • Larves (Aout – Octobre, hivernage octobre – Mai, Juin-Juillet) : brunes avec des bandes noires, pilosité rousse, motifs latéraux blancs. Taille maximale : 8cm.
  • Chrysalides (Septembre – Fin juin) : cocons ovoïdes au sol ou dans la végétation.
  • Adultes (Juillet – Aout) : bruns, le male est plus petit et plus foncé que la femelle.
Chenille non-urticante pouvant entrainer des réactions chez les personnes les plus sensibles
Chenille de Cul-brun

© Philippe MOTHIRON

Le Bombyx cul-brun (Euproctis chrysorrhoea)

Ce lépidoptère polyphage des feuillus peut s’attaquer à de nombreuses espèces forestières, fruitières ou ornementales. On le retrouve principalement en lisières de forêts, dans les haies et sur les arbres isolés.

Son cycle de vie :

  • Œufs (Début juillet – Fin août) : plaques recouvertes de poils bruns, de 1,5 à 2,5 cm de long sur la face inférieure des feuilles.
  • Larves (Début août – Mi juin) :  noires, lignes de points blancs sur les côtés, deux points oranges sur le 9ème et 10ème segment, poils bruns sur tout le corps.
  • Chrysalides (Mi-juin – Juillet) : cocon de soie et de poils urticants dans la végétation ou au sol.
  • Adultes (Juillet – Août) : blancs, soies de couleur brun-roux sur l’abdomen.
Chenille urticante

© Philippe MOTHIRON

Le Bombyx disparate (Lymantria dispar L.)

Les chenilles du Bombyx disparate se nourrissent des feuilles de différents arbres : chênes, saules, ormes, hêtres, arbres fruitiers, etc.

Son cycle de vie :

  • Œufs (Juillet – Mars) : ponte sur tronc, amas de 1 à 6 cm de long sur 1 à 3 cm de large, recouvert du duvet abdominal de la femelle, ce qui lui donne un aspect de petite éponge couleur jaune ocre à brun.
  • Larves (Mi mars – Juillet) : tête orangée ornée de motifs noirs,  protubérances rouges et bleues, tous les stades sont couverts de poils.
    Taille maximale : 7 cm.
  • Chrysalides (Juin – Aout) : présence de soies sur la chrysalide.
  • Adultes (Mi juillet – Mi aout) : ne vivent que quelques jours, la femelle est blanche et peu mobile, le mâle est brun et volant.
Chenille non urticante

© Philippe MOTHIRON

Le Gazé (Aporia crataegi L.)

Les chenilles du Gazé se nourrissent sur les Rosacées (aubépines, prunelliers…) et parfois les arbres fruitiers. Elles passent l’hiver dans un petit nid de soie, qu’elles quittent au printemps.

Son cycle de vie :

  • Œufs (Mai – Juillet) : ponte en fuseau côtelé, en groupe sur les feuilles.
  • Larves (Juillet – Mars) :  noires, velues, deux bandes orangées sur le dos, ventre gris couvert de poils blancs.
  • Chrysalides (Mi avril – Mi mai) : bombées, jaunes vif et mouchetées de petits points noirs, accrochées tête vers le haut aux branches.
  • Adultes (Juin – Juillet) : blancs, avec des nervures noires marquées.
Chenille non urticante

© Philippe MOTHIRON

La Laineuse du Cerisier (Eriogaster lanestris L.)

Les chenilles de la Laineuse du cerisier tissent une toile de soie grise dans les branches de nombreux feuillus notamment des aubépines, prunelliers, tilleuls, bouleaux, arbres fruitiers… Elles se nourrissent des feuilles de diverses espèces d’arbres et d’arbustes à feuilles caduques.

Son cycle de vie :

  • Œufs (Fin février – Avril) : ponte sur branche, recouverte de poils.
  • Larves (Fin avril – Juin) :  gris sombre avec une ligne latérale de motifs blancs en forme de U, touffes de courtes soies rousses sur tout le corps. Taille maximale : 4,5 cm.
  • Chrysalides (Juin – Mars) : cocons de soie ovale,  la diapause peut durer plusieurs saisons.
  • Adultes (2 jours au printemps) : bruns, 3 tâches blanches
Chenille non-urticante pouvant entrainer des réactions chez les personnes les plus sensibles

© Philippe MOTHIRON

La Laineuse du prunellier (Eriogaster catax L.)

Attention : chenille rare et protégée sur tout le territoire national ( espaces public et privé).
Les chenilles de la Laineuse du prunellier tissent une toile de soie grise dans les branches des aubépines et prunelliers.

Son cycle de vie :

  • Œufs (Septembre – Octobre) : aplatis, de couleurs gris brunâtre.
  • Larves (Avril – Juillet) :  noire, couverte de courts poils brun jaune, tâche dorsales noir-bleu, tâches latérales bleues striées de jaune.
  • Chrysalides (Juillet – Septembre) : cocons jaunâtre.
  • Adultes (Septembre – Octobre) : fauve, un gros point blanc au centre des ailes, femelle plus brune.

Sources : Lepi’net, INPN-MNHN

Chenille non-urticante pouvant entrainer des réactions chez les personnes les plus sensibles

© Observatoire des chenilles processionnaires

La Noctuelle de la Patience (Acronicta rumicis L.)

Elle doit son nom à ses plantes-hôtes, les Patiences ou Oseilles. C’est une chenille plutôt commune que l’on rencontre sur de nombreuses plantes basses.

Son cycle de vie : 1 à 3 générations possibles

  • Œufs (Mai – Juillet) : ponte en ligne au milieu d’une feuille.
  • Larves (Juin – Juillet) :  brunes, touffes de soies oranges sur le dos et les flancs, bandes blanches ponctuées de points rouges sur les côtés.
  • Chrysalides (Juin – Juillet) : cocon de soie blanchâtre mêlé de poils dans la végétation basse ou la litière.
  • Adultes (Aout- Avril) : gris, nombreux motifs noirs.
Chenille non urticante